Paris, 29 mai 2016

A l’aune d’une transformation de l’industrie de la gestion privée et à l’occasion du lancement de la 16ème édition annuelle de son étude PBSS (Private Banking Strategy Survey), amGroup revient sur ces 15 dernières années en éditant un document intitulé Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (*)

Voilà quinze ans que le PBSS (Private Banking Strategy Survey) est le témoin privilégié des évolutions de la profession de banquier ou gérant privé telle qu’elle est exercée en France et, à ce titre, rend compte de ses enjeux majeurs. Quinze ans que nous avons à cœur de décrypter les modèles développés par des acteurs toujours plus nombreux aux histoires, cultures, statuts et organisations extrêmement différenciés, qui sont amenés à faire preuve d’une capacité d’adaptation toujours plus rapide à l’environnement qui les entoure.

De fait, rares sont les Maisons qui résistent encore à la déferlante digitale, ne serait-ce que parce que, comme l’ont laissé entendre les débats qui ont nourri la 10ème Journée de la Gestion Privée, si le digital et le face à face devraient coexister encore longtemps, la réglementation ne pourra, quant à elle, voir le jour sans le digital. Les membres de la profession ont ainsi tour à tour reconnu que davantage qu’une évolution, c’était une véritable révolution qui était en train de se passer dans l’exercice de leur métier et qu’elle était présente aussi dans la technologie de celui-ci. Dans un tel contexte, le report de MiFID II, annoncé le 10 novembre dernier et confirmé en ce début d’année, relèverait presque de l’anecdote.

Que préfigure 2016 : doit-on s’attendre à ce que la profession de banquier privé soit, elle aussi, disruptée ?

Dans le prolongement de 2015,  les acteurs du marché français de la banque et de la gestion privée vont devoir plus que jamais se déterminer pour trouver une place et une légitimité dans un paysage dans lequel « leur métier est attaqué par de nouveaux entrants qui vont rentrer par le bas et cannibaliser petit à petit des prestations entières ». 

Aussi quatre défis majeurs les attendent-ils : une relation client qui se veut désormais omnicanale tout en restant globale, une proposition de valeur holistique qui se doit d’être en conformité avec MiFID II, une gestion des talents dans laquelle le collaboratif prend tout son sens, un modèle économique qui conjugue a minima transparence et valorisation du conseil au juste prix. Avec en toile de fond un environnement de marché où les niveaux respectifs des taux d’intérêt, d’inflation et de croissance, associés à une forte volatilité, semblent déconcerter autant les investisseurs que leurs conseillers...

 
Isabelle GUYOT-SIONNEST et Patrick POIVRE
Directeurs associés
amGroup

(*) Pour obtenir une copie de ce document, communiquez-nous vos coordonnées en nous envoyant un courriel à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.